Contre la répression syndicale, soutien aux quatre de Florépi

Le comité régional CGT Picardie relaie lutte dans l’Aisne

 

 

Florépi est une usine spécialisée dans les pains et pâtisseries industrielles, basée à Guignicourt dans l’Aisne. La CGT, majoritaire au niveau représentatif, compte 50 % de syndiqués. En permanence et sur tous les fronts, les camarades se battent pour des augmentations de salaires et une meilleure organisation du travail.

En juin dernier, 4 élus CGT sont convoqués par la direction à un entretien avec menace de licenciement. Les dirigeants leur reprochent d’avoir soutenu et participé au conflit dans l’entreprise voisine Daunat, pendant leur temps de Formation Economique Sociale et Syndicale (FESS).

L’union locale de Laon, organisatrice de la formation assure que l’ensemble du programme a été assuré sur la semaine. La direction use de ce prétexte insidieux pour attaquer la CGT et ses représentants. « Casser du militant », briser des élans sociaux, créer des peurs, menacer, sanctionner…la répression syndicale reste un des moyens patronaux pour freiner le développement du syndicalisme.

Les sanctions de tous ordres qui pèsent sur les militants syndicaux traités comme des « voyous » par le patronat sont inadmissibles et n’ont rien à voir avec la réalité du fait syndical.

 

Pour la CGT porter atteinte à un militant syndical, c’est porter atteinte à toute la CGT !

 

Mobilisation de soutien envers les 4 camarades CGT de Florépi

Rendez vous le 13 septembre 2018 à 9h30 devant Florépi Pôle d’activités 02 Guignicourt

 

 

 

Mots-Clés : #
Imprimer cet article Télécharger cet article